Le printemps est la saison des allergies. Pour beaucoup, cette période est avant tout synonyme de crises d’éternuement, de nez qui coule et de yeux larmoyants qui démangent. Sachant que plus de la moitié des personnes allergiques au pollen présentent des réactions uniquement ou en premier au niveau des yeux, nous avons voulu savoir pourquoi ceux-ci sont particulièrement touchés et ce qui contribue à les soulager :

Nous vivons la période de l’année où l’air est chargé d’une fine poussière de pollen émis par les graminées, les noisetiers et les bouleaux en pleine floraison. Contrairement au nez, l’oeil ne dispose pas d’une muqueuse protectrice, de sorte que le pollen entre directement en contact avec la conjonctive, pouvant conduire à une légère irritation voire à une conjonctivite allergique.

Que se passe-t-il en cas d’allergie au pollen ?
Le rhume des foins (allergie au pollen) est en fait une réaction excessive du système immunitaire à une ou plusieurs espèces de pollen. Le système immunitaire est en effet amené par erreur à interpréter le contact en soi inoffensif avec les protéines du pollen comme une attaque.

La réaction allergique est causée par l’histamine, une substance endogène produite par notre système immunitaire. Comme la conjonctive entourant les yeux contient de très nombreuses cellules de défense immunitaires, les yeux sont particulièrement affectés par une réaction allergique. Sous l’effet de la libération de l’histamine, les vaisseaux sanguins se dilatent et conduisent à des yeux rougis, enflés et larmoyants. Cette libération d’histamine provoque également de fortes démangeaisons, des brûlures et une sensibilité accrue à la lumière.

De plus en plus de gens souffrent du rhume des foins
Des études ont montré qu’en Suisse, le nombre de personnes souffrant d’allergie au pollen a presque doublé en 30 ans. Ce développement est dû d’une part aux plantes qui réagissent au changement climatique et d’autre part aux arbres des villes qui réagissent aux polluants atmosphériques en produisant des grains de pollen plus agressifs.

Afin de réduire les réactions, le plus efficace serait d’éviter tout contact avec les pollens, ce qui est plutôt difficile à mettre en pratique. Le mieux est donc de faire en sorte que l’appartement, et en particulier la chambre à coucher, en soient exempts.

10 conseils de prévention au quotidien

  • Pendant la floraison, aérer par à-coup le matin et le soir, garder les fenêtres fermées le reste du temps ou faire poser des moustiquaires à pollen. Après 10 minutes, la concentration de pollen dans les pièces fermées diminue en effet à environ 1% de la valeur extérieure.
  • Se laver les cheveux le soir et éviter d’aérer ses habits dans la chambre à coucher.
  • Passer l’aspirateur tous les jours et éviter de laisser sécher son linge à l’extérieur.
  • Recourir à des gouttes oculaires antiallergiques à titre préventif, avant un éventuel contact avec le pollen. Cela permet d’éviter les réactions allergiques en amont.
  • Faire vérifier son allergie : connaître la substance à laquelle on est allergique permet de réduire les contacts avec le pollen en question.
  • Vérifier les prévisions polliniques pour sa région et télécharger l’appli « Pollen-News » pour Smartphone pour connaître les endroits particulièrement exposés et les floraisons en cours. Appli pour iPhone et Android
  • Pendant la saison pollinique, les personnes allergiques devraient remplacer leurs lentilles par des lunettes, qui présentent l’avantage d’éloigner le pollen des yeux.
  • Des lunettes de soleil bien ajustées empêchent le pollen de pénétrer dans les yeux et protègent la muqueuse déjà irritée de l’oeil, plus sensible à la lumière que d’habitude.
  • La pelouse du jardin doit être courte, mais les personnes allergiques devraient éviter de tondre le gazon elles-mêmes, car les brins d’herbe contiennent de minuscules aérosols porteurs d’allergènes.
  • Les sports de plein air se pratiquent de préférence tôt le matin ou les jours de pluie. Encore mieux : privilégier l’entrainement en salle pendant cette période.
  • Enfin, et même si c’est difficile à respecter, éviter de se frotter les yeux. Cela ne fait que répartir davantage le pollen dans les yeux !

Conclusion
Grâce à ces mesures préventives, il est possible de sensiblement réduire les réactions. En cas d’allergie de longue durée, nous recommandons toutefois de consulter un ophtalmologiste, un pharmacien ou un droguiste.

Sources :
http://www.pharmamedica.ch/fr/votre-sante/yeux/allergies/
https://www.pollenundallergie.ch/infos-sur-pollens-et-allergies/1335/?oid=1881&lang=fr
http://www.allergo.ch/fr/rhume-des-foins-cause-declencheurs.html

https://www.srf.ch/kultur/wissen/haaatschi-heuschnupfen-plagt-immer-mehr-menschen
https://www.hna.de/gesundheit/fuenf-groessten-allergie-mythen-mz-1184259.html
https://www1.wdr.de/fernsehen/aktuelle-stunde/was-hilft-wirklich-gegen-pollen-100.html
http://www.rp-online.de/leben/gesundheit/medizin/augen/das-hilft-gegen-die-pollenattacke-aid-1.3268119
https://www.mein-allergie-portal.com/allergie-und-auge-allergische-konjunktivitis/592-wenn-heuschnupfen-ins-auge-geht-vorbeugen-verhindert-das-schlimmste.html