Pendant les mois d’hiver, nous apprécions tout particulièrement de rester chez nous et de nous plonger dans un bon livre, parfois au point d’en oublier d’allumer la lumière. Les enfants, eux, aiment se glisser sous leur couette et lire en s’éclairant d’une lampe de poche. Suite à une lecture prolongée en condition de faible luminosité, il n’est pas rare d’attraper des maux de tête ou d’avoir les yeux rougis.

Déchiffrer des petits caractères dans l’obscurité fatigue les yeux. Mais que se passe-t-il exactement dans l’œil quand la lumière ne suffit pas à une lecture détendue ?

Situé à l’avant de l’œil, le cristallin permet de générer des images nettes sur la rétine. Quelle que soit la distance qui nous sépare de l’objet observé, l’image reste nette grâce à la souplesse du cristallin. Lorsque nous regardons au loin, la musculature se détend et le cristallin s’aplatit. Lorsque nous regardons de près, le cristallin se courbe.

Avec l’âge, le cristallin perd peu à peu de sa souplesse et n’est plus en mesure de varier autant son rayon de courbure, ce qui peut conduire à l’apparition d’une presbytie à partir de 45 ans. Outre les problèmes de cristallin, d’autres facteurs peuvent également causer des défauts de vision, comme par exemple un globe oculaire trop long. La longueur du globe oculaire se forme principalement pendant la période de croissance. C’est pourquoi de nombreux défauts de vision apparaissent fréquemment pendant l’enfance et l’adolescence. Pendant ces phases, la luminosité joue effectivement un rôle particulier : comme l’a mis en évidence une étude de la « Queensland University of Technology », les enfants ne présentant pas de défauts de vision avaient bénéficié en moyenne de deux heures de lumière naturelle par jour contre seulement une heure et demie pour des enfants myopes.

Il est donc prouvé qu’une luminosité élevée freine la croissance du globe oculaire. Les scientifiques attribuent cet effet à la dopamine, un neurotransmetteur appelé l’hormone du bonheur, qui se forme sur la rétine grâce à la lumière.

Les efforts fournis par les yeux lors de la lecture en condition de faible luminosité n’ont toutefois pas d’impact sur la souplesse du cristallin et ne modifient pas la longueur du globe oculaire. Sans lumière, en lecture rapprochée, seule la pupille est dilatée, causant un affaiblissement de la profondeur de champ. C’est pourquoi lire dans l’obscurité nous fatigue davantage et nous oblige à mieux nous concentrer.

Au final, le développement d’une myopie est le résultat de toute une série de facteurs corrélés. En plus d’une quantité suffisante de lumière de jour, les habitudes visuelles et la prédisposition génétique jouent également un rôle. Bien sûr, les yeux doivent fournir un effort supplémentaire pour lire en condition de faible luminosité et reconnaître les caractères. Même avec peu de lumière, cela ne présente aucune difficulté pour des yeux en bonne santé, malgré le gros effort supplémentaire fourni par les muscles. Par contre, les muscles oculaires se fatiguent plus vite et il devient plus difficile de se concentrer.

La lecture occasionnelle est par conséquent inoffensive, sachant que les enfants et les adultes fatiguent plus vite et que cela ne suffit pas pour impacter durablement la capacité visuelle. Il en va de même pour la lecture dans l’obscurité sur un smartphone ou une liseuse, où la lumière est trop faible pour permettre une lecture détendue pendant une longue période de temps. Comme les yeux peuvent se reposer complètement pendant la nuit, cela ne produit pas d’effets néfastes.

Le mieux est de lire en plein jour

Nous vous conseillons toutefois de lire en plein jour. Les lampes ne devraient pas scintiller et il convient de les placer de manière à éviter toute réflexion de la lumière sur la surface. Ceci afin d’éviter des stimulations fatigantes pour les yeux. Une bonne lumière de jour est recommandée pour toutes les situations de lecture prolongée, comme le travail de bureau ou les devoirs, également pour assurer un maximum de capacité de concentration.

Conclusion : l’idée reçue n’est pas vérifiée !

Lire par faible luminosité n’abîme donc pas les yeux, pour autant que l’on n’exagère pas. Les temps de lecture sont trop courts pour conduire à des défauts de vision. De manière générale, de bonnes conditions d’éclairage et, le cas échéant, des lunettes de lecture contribuent à une lecture détendue.

Envie de recevoir régulièrement des nouvelles en rapport avec les yeux, les lunettes et les lentilles ? Souscrivez sans tarder à notre newsletter (formulaire à droite).

 

Sources :
Links auf Deutsch
https://www.welt.de/gesundheit/article142309576/Lesen-im-Dunkeln-schadet-den-Augen-Von-wegen.html
http://www.spiegel.de/gesundheit/diagnose/mythos-oder-medizin-schadet-lesen-im-dunklen-den-augen-a-944790.html
http://www.rodenstock.de/de/de/gibt-es-gute-lesebrillen-uberall-/journalDetail.html?docId=1829893
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24413273
https://www.focus.de/gesundheit/gesundleben/tid-33043/gesundheitsmythen-unter-der-lupe-halbwahrheiten-der-medizin-lesen-im-dunklen-schadet-den-augen_aid_1077009.html